dimanche 5 octobre 2014

La tentation du voyage

Illustration : Pierre-Yves Vigneron

 

Pulsations pulsations…
C’est le train de nuit
Cadence et vibrations
Pénombre bleutée, murmures froissés
Battements battements…
Vitre embuée.
Irréelles filent des ombres

Paysages insoupçonnés
Rêve d’ailleurs. Désir désir
Pulsations des chairs
Cadence, danse, danse
Éclat de tes yeux
Frissons pulsations
C’est le train de nuit !

Posté par Eronaute à 10:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

mardi 24 août 2010

Mémoires de sable

Dans l'arène des saisons, les souvenirs s'agglutinent puis s'égrènent en silence et  laissent sur le désert du monde des myriades d'étoiles vives... 

 

Sables

Posté par Eronaute à 14:52 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 13 novembre 2009

Cul-poème : les stances d'Elodie

Dis-les moi les mots, Elo !
Les mots d'Elodie, mélodie des mots.

Cul, bite, couille...
Et chatte, chatte mouille...
Turgescent... Oh !
L'énorme mot...
Mots tressés
Queue dressée
Turgesexe et cent. Sans que...

Queue ?
Votre queue dans ma chatte !
Vite, vite, vite !
Venez bite
Me bouffer la chatte.
M'enchanter la touffe
Me doigter...
Me bitecouiller
M'enchanter, m'enchatter
M'éjouirculer.

 

Posté par Eronaute à 11:29 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 20 août 2009

Voici...

Voici l'heure incertaine où l'homme abandonné imagine son amour crier de plaisir dans les bras d'un autre... L'heure où les femmes esseulées doutent de leur existence, se cherchent du bout des doigts, parce qu'elles n'ont plus, entre les cuisses, ce pal qui les ouvre et les comble... L'heure où les hommes saisissent à pleine main leur désir dressé vers l'impossible, halètent un misérable orgasme et hurlent à la lune leur envie de vivre encore un peu... juste encore un peu...

C'est l'heure redoutable où les sirènes chevauchent avec insolence les nappes visqueuses de l'oubli, aspirent la vie, la projettent au loin, ailleurs, où je ne suis pas. Il n'y a plus, la nuit, que la vie des autres, loin, comme un spectacle clandestin dont on ne perçoit que de sombres échos multipliés par le désir, musique portée par le vent, cris de haine, d'amour ou de douleur...

Histoires inventées
Bouts de films incertains
Inutiles

La vie me quitte pour animer des rêves improbables qui ne m'appartiennent plus.

Posté par Eronaute à 00:09 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 14 août 2009

Saisons

Saisons- Tu entends ?
- ...

Il y a le sable du silence qui égrène le temps, des souffles retenus et des effleurements de doigts. Derrière le vieux charme, la lune glacée se lève et trace sur les draps des signes froissés, muets et bleus.

- Ecoute... Ecoute bien !

  •  Elle dit :
    - Tu devais écrire notre histoire...

 J'écris notre histoire...
D'une saison à l'autre, je me souviens. J'écris notre histoire.

  •  Elle dit :
    - J'ai froid...
    Le froid va nous prendre... Ferme la fenêtre.
    Et l'été reviendra, dans notre histoire ?

 Tu es l'Eté, mon amour...
Et le Printemps, et l'Automne, et l'Hiver aussi : tu es toutes mes saisons.
Mon solstice et mon équinoxe.

Je ne veux pas bouger, ni ouvrir les yeux...
Je ne veux pas me réveiller ni me lever pour fermer la fenêtre : quand je reviendrai tu ne seras plus là...
Je le sais...
Je ne veux pas le savoir.

Pas ce soir...

Posté par Eronaute à 12:43 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 17 avril 2009

Voyage

Emmène-moi, dis...
Emmène-moi derrière tes yeux quand tu les fermes

Prends-moi, veux-tu...
Prends-moi dans ton silence, juste au bord de tes lèvres

Emmène-moi, dis...
Dans ton absence, d
ans ta petite mort

 

Dis

Posté par Eronaute à 08:11 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 15 janvier 2009

Chanson du coin du feu

Comme au coin du feu
Je me suis assis au coin de toi
et je ne veux plus rien d'autre
Te regarder ma douce te regarder

Rêver aux flammes de tes yeux
à la chaleur de ton corps incendié
Sens embrasés désir attisé
Me chauffer aux braises de ton ventre

Pour te brûler ma douce pour me brûler...

Posté par Eronaute à 19:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

samedi 20 décembre 2008

Brandicole

Viens...
Tu sais, j'aime quand on se brandicole, toi et moi !
Viens...
Laisse-moi léssucher ta chamoune, laisse-moi béer ta fendille...
De ma langouine ardente, délicatement, j'ouvrirai les vrèles de ton entredélisse,
je te défroisserai les pétales et clifouinerai ton capuchonnet...
Vois mon esperluette se raidisser !
Vois comme mon drisir est grand et la fait se tendre...
Prends-la pour la miminer.
J'aime tellement que tu me mimines, pendant que je te dactylumide...
Viens !
J'aime quand on se brandicole, tu sais...

Chamoune
                                                                                                                          Photo L'Eronaute

 

Posté par Eronaute à 13:02 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 18 juillet 2008

Omega

Corps en fusion
une main sous ta nuque, dans tes mèches brunes
l'autre au creux de tes reins
qui tanguent
mes lèvres sur tes lèvres et...
"Viens, mon Ange... Viens !"

Posté par Eronaute à 02:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 3 juillet 2008

Eronaute's blues

Ah, nom de Zeus !
Sans rire, mes frères et mes soeurs...
   Oh, yeah...
Il y a des moments, surtout la nuit
   Surtout la nuit, la nuit, oui...
Lors d'insomnies agitées, où je finis par me persuader que j'ai passé l'âge...
   Oh non !
Passé l'âge de jouer dans les Blogs érotiques !
   Eroootic ! Eroootic !

C'est vrai...
   Il dit c'est vrai... C'est vrai, il le dit...
J'en arrive alors à me dire que je n'ai plus ma place ici
   Oh, my gode, no !
Que je ferais mieux de fréquenter...
   Yeah, fréquente, ouiiii !
Un club du troisième âge pour me consacrer à l'observation des papillons...
   Les papillons, oui, les papillons...

Heureusement, ça me passe vite...
   Oui, c'est bien !
Généralement au réveil, mais pas seulement au réveil,
   Oh non, pas seulement ! Pas seulement, fripon...
Lorsque mon horloge biologique perso et non moins libidineuse, affiche son midi triomphant...
   Oh oui, continue !
...dont l'émouvante rectitude m'assure que le mâle rugissant qui sommeille en moi se fout complètement du temps qui passe et que d'ailleurs, je ne vois pas passer !

   Et qu'il ne voit pas passer !
   Rectitude, rectitude !
   Emouvante rectitude !

Mon drame, c'est que je ne me sens pas prêt à prendre le chemin d'un monastère - à moins qu'il ne soit fréquenté par quelques paillardes moniales et dirigé par une mère abbesse à la main de velours,  à la langue agile et aux dessous affriolants. Il faudrait aussi...
   Oui ! Quoi ?
... que l'on m'y laisse mater les novices sous la douche conventuelle,
   Yeah ! Novice oie qui mâle y pense, oui !
... que je puisse vaquer à poil sous ma robe de bure
   Oui... De bure là dedans !
... aller à trois ou quatre à confesse et tout à l'avenant !

Faut pas rêver : autant rester dans le siècle...

   Yeah ! Tu l'as dit, bouffi !!!

___________________

S'inscrire à la Newsletter...

Posté par Eronaute à 10:45 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,