mercredi 12 octobre 2016

Retour sur une Ex...

Or donc, nous avions rendez-vous dans une brasserie du centre.
Pour avoir le plaisir de la voir arriver et me chercher un peu, je me suis posté à quelques pas, et j'ai attendu. Elle n'a pas tardé. Elle s'est avancée sur la terrasse entre les tables, jetant quelques regards autour d'elle, immédiatement repérée par les serveurs...
Il faut dire que Cintia ne passe pas facilement inaperçue : blonde, grande, joli visage, sexy. L'une de ces femmes sur qui tous les hommes se retournent alors qu'elle affiche le petit air absent de celle qui ne se rend compte de rien ! Elle n'a pas changé... Ou si peu. Juste quelques années. Le temps, sans avoir complètement gommé l'allure de la jeune fille que j'ai connue, semble avoir fait d'elle ce qu'elle promettait. Petite jupe droite kaki, pas trop courte mais suffisamment pour qu'on cherche à en savoir plus, sandalettes à talons qui galbent ses chevilles, top noir léger largement ouvert dans le dos, dénudant ses épaules, retenu par un simple tour de cou et qui flotte sur une poitrine frémissante...
Je me suis avancé, lui ai pris les mains. Effusions chastes, bises affectueuses, sourires... Le repas s'est déroulé de façon conventionnelle : conversation amicale, histoire de faire le point, de retrouver nos marques et d'effacer ces quelques années d'absence. Il n'y avait que nos regards je crois qui en disaient plus long. Et puis enfin cette invitation : "Un autre petit café chez moi ? Je vous fais visiter mes appartements ?" J'ai dit oui.
Ses "appartements" sont à deux pas. Un studio dans une résidence hôtelière où le concierge s'intéresse plus aux courbes de Cintia qu'à ma présence. Un séjour clair, un coin chambre dans une alcôve et une cuisinette derrière une cloison. Elle m'invite à prendre un fauteuil "Deux minutes, je fais chauffer l'eau, je reviens" dit-elle et elle disparaît côté kitchenette. Bruits d'eau, de tasses... Je tourne les pages d'une revue qui traîne sur la table basse. "Voilàààà..." Je lève les yeux : elle porte un petit plateau, le café fume dans les tasses et juchée sur ses talons qui me semblent plus haut que tout à l'heure, elle est toute nue ! "Je n'ai pas de lait, ça vous ennuie ?" A cet instant, je pense à bien d'autres choses qu'à un nuage de lait dans mon café. Mais voyant comment tournent les choses, je reste de marbre, amical et mondain : "Tu penses garder cet appart maintenant ? C'est très sympa..." Elle s'assied en face de moi et la conversation reprend.
Evidemment j'avais envie de lui sauter dessus et de la prendre là, sur la table basse entre les tasses et le sucrier ! Mais j'appréciais trop de la voir s'offrir ainsi selon un de mes fantasmes dont apparemment elle se souvenait. Et elle joue le jeu, assise bien droite, les genoux légèrement inclinés sur le côté. Peut-être rosit-elle un peu sous mes regards qui courent sur elle. Elle s'est affinée me semble-t-il... Mais elle a toujours des seins superbes, haut perchés, ponctués de tout petits tétons émergeant à grand peine sur de larges aréoles. J'adore !

met-art_gr_12175_0013_dce 2

"Et à part ça, tes amours ?" lui dis-je.
Elle pose sa tasse, fait le tour de la table et vient s'asseoir sur moi, à califourchon sur mes genoux : "Rien qui ne m'ait fait vous oublier, vous savez..." Entre ses cuisses écartées je vois sa chatte lisse qui s'ouvre, ses petites lèvres qui s'exhibent. Mais je ne veux pas toucher. Pas encore. La voilà qui déboutonne ma chemisette, passe ses mains sur mon torse, descend vers ma ceinture qu'elle dégrafe en me regardant droit dans les yeux, ouvre mon pantalon et se saisissant de mon sexe le sort déjà tout roide, le caresse, le branle doucement... Elle me dit qu'elle ne l'a pas oublié, qu'elle le trouve fier, qu'elle en a rêvé parfois...
Puis elle se tait, pour le sucer.
Si je ne m'étais pas levé, elle n'aurait pas arrêté ! Elle adore ça, "servir un homme" me disait-elle autrefois... sans pour autant s'oublier. Elle a un petit côté Geisha en fait ! Je me suis défait de mes vêtements pour jouir de nos deux nudités puis je l'ai poussée contre le mur où elle s'est adossée, et lui soulevant une cuisse, je l'ai prise comme ça, debout, tandis qu'elle s'agrippait à ma nuque. Elle a joui presque aussitôt, avec ses petits gémissements de souris et en répandant un peu de son foutre sur la moquette. Et juste après, à genoux devant moi, elle m'a sucé de nouveau et je me suis laissé aller, enfin, autant dans sa bouche que sur son visage et sur ses boucles blondes...
Et puis après...
Après, nous avons fait l'amour.
Parce que tout de même, on en avait sacrément envie !

Posté par Eronaute à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 13 novembre 2013

Flamme vive

Vive flamme

Te souviens-tu ?

Etoile blonde au creux de l'hiver sombre
Flamme vive où je brûlais

Te souviens-tu ?

Je buvais tes vingt ans
Tu dévorais ma vie

Toi ma plus jeune aimée
Moi ton plus vieil amant !


Dis, te souviens-tu ?

Posté par Eronaute à 08:31 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 2 novembre 2013

Le jour des morts

Défunts

C'est devenu si compliqué avec toutes ces fêtes mortuaires qu'il convient de préciser !

  • 31 octobre : fête des zombies, c'est Halloween
  • 1er novembre : fête des saints, c'est la Toussaint
  • 2 novembre : fête des morts, jour des Défunts

Mais en gros, ils sont tous morts...

 

 

Amour éternel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo ci-dessus : squelettes tendrement enlacés découverts il y a quelques années en Italie. Leur baiser sans fin qui défie la mort daterait de 5 à 6000 ans. Record inégalé !

Posté par Eronaute à 15:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 6 juillet 2011

Regards d'étoiles

Comme ils sont étranges parfois, ces regards d'inconnues croisées au hasard d'une promenade...
Étranges et doux, chargés de promesses chimériques murmurées du bout des yeux : ce sont des parenthèses de l'âme qui invitent à l'inaccessible, des ponts jetés sur les tourments du quotidien, des murmures d'étoiles...
Ton regard me transperce, belle et furtive inconnue, emporte un lambeau de mon cœur jusqu'à des frontières secrètes où tu me berces de désirs inédits. Tu danses avec mes yeux, le temps d'un soupir d'éternité...

Etoiles

Posté par Eronaute à 18:51 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 28 novembre 2008

Lettre à une Inconnue

Mon Inconnue, ma chère Inconnue…

Cela fait si longtemps…
Si longtemps que je ne vous connais pas !
Si longtemps, que mes pensées ont eu tout le loisir de vagabonder sur votre absence, d'en dessiner les contours et les courbes, de caresser vos hypothétiques desseins à mon égard, de butiner sur le bouquet délicat de vos désirs les plus secrets…  Je rêve de vous, je l'avoue puisque je vous aime, et mon âme tout entière occupée par vos sortilèges n'aspire plus désormais qu'à l'exquise fusion de nos souffles…

Vous m'êtes indispensable, ma Précieuse. Vous m'accompagnez de vos rires légers, vous me nourrissez de votre lumière opaline, vous m'apaisez de votre transparence… Comme j'essaie moi-même d'être pour vous ce rêve insensé que vous faites toujours, depuis vos premiers émois de jeune fille, d'un amant vigilant, attentif à votre bonheur de tous les instants… Vous êtes celle par qui je suis...

Vous êtes ma source, je suis votre sourcier.
Je suis votre orage, vous êtes ma terre fertile.
Je suis votre montagne, votre roc
Vous êtes ma douce et riante vallée.
Vous êtes mon Eden...

Venez, mon Inaccessible.
Je vous attends…
Viens...

Inconnue

Posté par Eronaute à 18:52 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 3 novembre 2008

Vol de nuit

Sa main a glissé et s'est posée délicatement sur ma cuisse gauche...
J'allais m'endormir. Je crois... Je ne me souviens pas exactement. Ce n'est jamais facile de se souvenir exactement... Je veux dire, l'enchaînement des choses. On retient des parcelles, des débris, puis on les assemble pour en faire une histoire, et on croit se souvenir...

Deux heures plus tôt, elle s'était présentée au contrôle d'embarquement juste devant moi. Je l'ai remarquée à cause de l'attitude de l'agent qui, après le portique, lui passait le détecteur manuel sur tout le corps. Il me semble bien que je me suis interrogé sur la façon dont elle aurait pu dissimuler quoique ce soit sous ses vêtements. Bras écartés, elle s'était laissé faire, l'air absent, jusqu'à ce que le préposé remontant son appareil trop vivement lui retrousse la jupe sur ses fesses. De jolies fesses moulées dans un slip de satin blanc... Elle s'était retournée, un peu embarrassée. Elle avait vu que je la regardais, elle m'avait souri d'un sourire penaud, presque enfantin, puis elle avait rassemblé ses bagages et disparu dans la foule des passagers...
Après, je ne me souviens pas bien. J'ai fait comme tout le monde je suppose : j'ai attendu l'embarquement et j'ai tué le temps en buvant un café, en cherchant un hypothétique cadeau de dernière minute dans un duty free. Je l'ai peut-être aperçue de loin tandis qu'elle achetait un livre. C'est ça... un gros livre à la couverture colorée, juste avant que l'on nous appelle pour l'embarquement. Après… Après, je ne sais pas. Il y a eu le sourire de l'hôtesse, l'inévitable piétinement dans l'allée, l'odeur écœurante du kérosène…

J'étais déjà installé lorsqu'elle est arrivée. Fauteuil près du hublot, à ma gauche... Gymnastique habituelle, contorsions diverses pour ranger les sacs dans le coffre, on se marche sur les pieds, elle lève les bras, je vois son nombril, je lui donne un coup de main, je la laisse passer, on se frotte un peu, ses seins tutoient brièvement mon torse, visages à cinq centimètres, nos yeux se croisent puis on regarde ailleurs... On s'assied. "Bonjour... Bonjour ! Oh, je vous ai vu au contrôle... Oui, moi aussi..." Elle rougit. Je crois. Peut-être pas ! Dans une histoire, ce serait bien qu'elle rougisse à ce moment là. Mais non, en fait.

Après le repas, la cabine a été plongée dans la pénombre. Il restait encore cinq heures de vol. Elle s'est enroulée dans sa couverture pour dormir. Un peu après, elle m'a demandé si elle pouvait mettre la mienne en plus... "Enfin, sur nous deux, comme ça... C'est mieux, non ?" En réalité je ne sais pas trop comment c'est arrivé, mais nous nous sommes retrouvés sous les deux couvertures, comme un vieux couple habitué aux vols transcontinentaux. Elle a même relevé l'accoudoir central parce que ça lui faisait mal, là... Puis elle a dormi ! Du moins elle n'a plus bougé, et moi je n'osais pas trop bouger non plus parce qu'elle a laissé tomber sa tête sur mon épaule gauche et que je ne voulais pas la déranger. Elle était recroquevillée, les jambes ramenées sur le siège, en chien de fusil, la main droite sous son menton, la joue contre mon épaule et le bras gauche sur son genou qui s'appuyait sur ma cuisse... Difficile à expliquer... Mais en gros c'était comme ça. Une sorte d'intrication complexe de membres dans la tiédeur inattendue de couvertures sous lesquelles je trouvais que ça sentait bon...

Et donc, sa main a glissé sous les couvertures. Elle a glissé, ou alors ça s'est passé autrement, je ne sais pas trop parce que, justement, je commençais à m'endormir. Sa main s'est posée délicatement sur ma cuisse gauche. Voilà. Ça j'en suis sûr ! Même que dans mon demi-sommeil je me suis cru chez moi avec la main de Légitima qui s'agitait doucement sur ma cuisse. Parce que sa main a opéré une tranquille reptation vers le haut jusqu'à se retrouver là où je ne pouvais pas imaginer une heure plus tôt qu'elle se retrouverait ! Et je me souviens alors avoir été très perturbé parce que ma ceinture était défaite et mon pantalon vaguement ouvert ! Il se trouve que lorsque je voyage en avion, je retire toujours mes chaussures et j'ouvre mon pantalon... En général, personne ne le sait. Mais là...

J'ai d'abord retenu ma respiration...
VoldenuitJe me disais que si elle se réveillait, elle prendrait peut-être ça très mal. Mais en définitive, je ne suis plus très sûr aujourd'hui qu'elle dormait et je ne sais plus au juste ce que je pensais. Je me demande d'ailleurs si je pensais quelque chose. Sa main s'immisçait franchement, se jouait des obstacles, pour se saisir enfin de ce qu'elle ne pouvait plus manquer de trouver à ce stade. J'ai repris ma respiration au rythme tranquille de ses mouvements et pour ne pas être en reste, j'ai laissé ma main gauche partir en exploration entre ses cuisses. Je trouvais ça, dans la promiscuité de la cabine et la rumeur sourde des réacteurs, extrêmement osé mais terriblement excitant. Est-ce que j'ai été plus surpris par l'humidité de la petite culotte rencontrée en chemin ou par le fait qu'elle prenne discrètement une position plus confortable ? Je ne sais plus... Cela fait partie des détails que j'ai oubliés. J'ai juste le souvenir d'une peau tiède, d'une toison fine et légère, de l'infime ondulation des couvertures sous lesquelles elle avait disparu entièrement...  Je me souviens aussi du moment où j'ai senti sa bouche gober mon sexe et l'ineffable contraction de sa chatte autour de mes doigts…

Comment nous sommes-nous réveillés ? Je me souviens de la collation du matin, juste avant d'arriver à Paris, du café brûlant et d'un croissant dont les miettes s'éparpillaient sur les couvertures chiffonnées à nos pieds, de sa main crispée sur la mienne à l'atterrissage, de l'empressement des passagers à quitter l'appareil… De sa jupe qui dansait alors qu'elle allait récupérer ses bagages… Et puis je ne l'ai plus vue ! Je ne sais pas pourquoi mais c'est un fait : je ne l'ai plus vue. Je ne sais pas comment je l'ai perdue. Je ne sais pas si elle m'a cherché, si elle m'a attendu quelque part…

Un jour je me suis dit que tout ça n'était jamais arrivé ! Je ne connais même pas son prénom. Je n'ai qu'un vague souvenir de son visage, des visions fugaces, l'illusion d'un parfum très doux qui pourrait bien être "Vol de nuit"… Des débris d'histoire. Mais non, je ne sais plus… De même, je me suis toujours demandé depuis, d'où je tenais ce slip de satin blanc retrouvé dans ma poche lorsque plus tard, à Roissy, je cherchais de la monnaie pour payer la navette…

Posté par Eronaute à 16:22 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 12 septembre 2008

Froide nudité anatomique

Jeu de regards...
Celui médecin, celui du crâne, celui du spectateur voyeur.

Anatomie

Et à quoi pouvait donc penser le modèle ?

Peinture de Gabriel von Max

Posté par Eronaute à 12:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

lundi 17 décembre 2007

Immobile désir

  • Pour Elle, qui a des envies bien singulières...

 

 La vieille horloge du couloir ponctue de son tic-tac paisible la rumeur affûtée des gouttes sur la terrasse. Enveloppés de draps blancs et de pénombre, nous écoutons la pluie qui nous a réveillés. L'un contre l'autre, les pleins dans les creux comme des petites cuillères sagement rangées. Emboîtés. Son dos sur mon torse et ses fesses sur mon sexe, mon sexe entre ses fesses…

06G2aFrottement léger sur les volets de bois… Mollement agitée par le vent d'ouest qui se lève, une branche du tilleul bat, et scande la mesure lancinante d'une danse sourde. Nos corps ajustés s'accordent à cette berceuse païenne, imperceptiblement frémissent et coulissent… Mon sexe lové entre ses cuisses,  sur la moiteur de sa fente…

 

 

C'est un long baiser de ses lèvres humides sur ma verge tendue… Ce sont nos doigts qui se retrouvent à l'orée de sa vulve et glissent sur mon gland… C'est le silence d'une caresse immobile…

Nous jouissons sans bouger dans nos mains emmêlées tandis que la vieille horloge du couloir émaille de son tic-tac paisible le gémissement du vent dans les volets de bois…

Posté par Eronaute à 18:22 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 15 juillet 2007

Bite d'amarrage

perseval

photo : Maury Perseval

De notre envoyée spéciale,
la Figure de proue la Volcane

J'aime les ports à cause des bites d'amarrage. Solides, toujours là quoi qu'il arrive. J'aime me promener sur les quais et contempler les belles silhouettes des navires, élancées et élégantes, toutes attachées à leur bite d'amarrage. Les marins fument et reluquent les filles qui passent, seules ou accompagnées, ils ne se gênent pas. Le soleil tape dur, ou bien c'est déjà le soir qui tombe...

Bien sûr, quand je me promène sur un quai en été, c'est toujours en jupe très courte ou en short. Il fait trop chaud pour porter autre chose, c'est la bonne excuse. Je ne regarde jamais les marins. Je marche très droite, d'un pas sûr, même quand je ne sais pas trop où je vais. Je ne regarde que les navires attachés, et les bites d'amarrage. Je respire l'odeur particulière des quais. C'est toujours la même d'ailleurs, sur quel quai que l'on soit. Toujours les mêmes bruits aussi, cliquetis d'acier, glissements de cordages, sifflements, moteurs. Seule l'eau se tait, apprivoisée, maîtrisée, silencieuse.

J'aime ce silence en toile de fond, il rend encore plus forts les mille petits bruits du port. Parfois, si je suis seule, je m'arrête et je souris à un marin plus beau que les autres. Mais je ne parle pas. Si je suis accompagnée, par contre, je ne souris pas, mais je mets la main sur les fesses de mon compagnon, ou plus exactement, je mets la main dans la poche arrière de son jean, je la ressors, je frôle d'une caresse ses fesses, puis je lui prends la main et j'embrasse sa main. Je me donne un peu en spectacle quoi.

Où qu'elles aillent, les belles frégates rentreront toujours au port. Elles peuvent faire les fières, voyager dans le monde, traverser les océans, elles rentreront au port et finiront attachées sur leur bite d'amarrage. Quand je me dis ça, ça me rassure, je n'ai plus peur de l'infini, ni du fini d'ailleurs...En fait, c'est exactement la même sensation que quand je fais un cauchemar la nuit, que je me réveille dans la peur : la seule chose qui peut alors vraiment me rassurer c'est de toucher sa bite...Je me rendors, apaisée.

Posté par Volcane à 13:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 18 octobre 2006

18 octobre - Des ronds dans l'eau

Marcher à ses côtés est un plaisir, depuis toujours...
Elle s'accroche à mon bras, comme une nef délicate à son remorqueur, et se fait aussi légère qu'un frêle esquif ballotté par le flux de la foule. Je ne connais pas d'intimité aussi complète, ou secrète, que celle-là, au milieu des autres, lorsque je sens sa chaleur traverser nos vêtements, que nos pas s'accordent, hanche contre hanche et que le temps ralentit sa course... Parfois sa tête s'incline un peu, frôle mon épaule, et son "Ivoire" revient encore agacer mes narines et mes sens...

- Vous avez bien failli déclencher une émeute avec votre "Pavé dans la mare"!

C'est vrai ! Avertie de mes égarements faussement littéraires, Sophie lit maintenant mon blog avec assiduité.
- Vous auriez pu me laisser un commentaire...
- Ah, non ! C'est bien assez que vous m'y mettiez en scène pour que je n'aille pas m'exhiber un peu plus. Débrouillez-vous donc tout seul avec votre fan-club !

Y aurait-il un brin de jalousie dans cette remarque ? Sophie ne me laisse même pas le temps de réfléchir...
- Ce qui m'étonne cependant, poursuit-elle, c'est l'application de certaines de vos lectrices à ne pas vouloir lire vraiment et ne pas faire la part d'un second degré, tellement épais soit dit en passant mon cher G, que ce ne sont plus des ficelles que vous utilisez mais des haubans ! Mais d'accord... Admettons que vous vous deviez de rester simple ! A part cela, seule l'intervention de votre contradictrice donne de l'importance à un texte qui n'en a aucune...

... Sans doute ! Sauf peut-être pour son auteur qui, le temps de l'écrire, se donne l'illusion de hurler devant une sinistre banalité, celle du temps qui passe.
- Asseyons-nous...

Le Jardin des plantes est presque désert. Sophie me montre un banc, s'y installe, m'attire contre elle...
- Savez-vous... Les femmes se donnent des airs en prenant de l'âge. Et je sais de quoi je parle !

Elle a retiré ses lunettes pour me regarder de plus près. Ses petites rides au coin de ses yeux bleus lui donnent un sourire de 20 ans. Ses yeux ne changent pas ! Elle ne change pas d'ailleurs, puisqu'elle m'entraîne avec elle depuis toutes ces années, amie, amante, maîtresse... Précieuse, éternelle... Et me donne un baiser qui me porte loin, hors du temps. Elle se lève et s'approche du grand bassin...

Elle s'est baissée pour ramasser des cailloux, les lance dans l'eau dérangeant ainsi les reflets du couchant, considère pensivement les ronds à la surface. Un coup de vent soulève sa jupe. Elle rit, laisse l'étoffe caresser ses cuisses...
- Le drame, me dit-elle, mais vous le savez aussi bien que moi puisque c'est cela que vous dites dans votre billet, c'est que beaucoup de femmes croient devoir se donner une conduite après quelques années... Et là où l'on voit une indifférence pour la séduction et le désir, il n'y a qu'une attitude sociale : la même qui faisait dire à nos mères que les femmes mariées devaient couper leurs cheveux ou qui les empêche aujourd'hui de montrer leurs jambes... Qu'elles ne se plaignent pas d'être prises pour ce qu'elles ne sont pas réellement... Vous aimez ma jupe ?

...

Plus tard... Un visage dans le clair-obscur d'une bougie, des froissements de draps, un murmure...
- Vous lisez encore Michel Houellebecq ? Moi ça fait longtemps que je me contente de ses qua... trièmes de couverture, quand... quand  j'ai le temps ! Mais... mais que faites-vous enfin ? Oh ! Ohoui... Mais... Vous n'écri... rez pas cela, n'est-ce pas ! Oui... Tu...

Posté par Eronaute à 10:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,