lundi 8 octobre 2012

Lux vesperis

De minces rayons de soleil filtrent par les persiennes, bousculent des galaxies scintillantes de poussières en suspension et s'étalent en petites flaques dorées sur son ventre où perlent d'infimes gouttelettes brillantes de transpiration...

La tête légèrement inclinée, cheveux bruns en cascade sur les épaules, elle somnole sur le grand lit. Aux fenêtres, les longs rideaux de voile blanc faseyent mollement. D'une maison voisine s'échappe un air nostalgique, une mélodie jouée au piano... "India song", je crois... La vie s'écoule, paresseuse.

D'un doigt, je frôle son buisson aux reflets ambrés...
Elle frissonne.
D'un doigt, j'effleure la courbe de sa motte...
Elle soupire.

L'indistincte rumeur du bourg me parvient de la rue, de l'autre côté...
Un rire fuse, des ombres passent derrière les volets...
Une autre vie s'infiltre dans la chambre où s'arrête le temps...
D'un doigt je caresse la fente humide de Miriane...
Elle ne bouge pas. Il n'y a que sa main qui saisit ma verge.
Doucement.
Et qui me branle.
Doucement...

Posté par Eronaute à 18:24 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 14 septembre 2012

Le temps qui plisse...

Une amie m'écrivait récemment pour demander de mes nouvelles...
"Comment allez-vous, depuis le temps ?" me disait-elle.
Et elle ajoutait, dans un formidable raccourci existentiel sur la vie qui va : "... malgré le temps qui passe et la peau qui plisse !"
"Ca va, ça va..." l'ai-je rassurée... Et je me suis souvenu de ce dialogue inattendu entre une baronne d'un certain âge et son majordhomme qu'elle retrouve après bien des années :
- Ah, mon vieux complice...
Et l'autre de répondre illico :
- Oh, Madame... Mes vieilles couilles aussi !

Et me reviennent à l'esprit ces mots de Verlaine : "... allons, mon vieux complice, redresse et peins à neuf tous tes arcs triomphaux." Moins grivois sans doute, dans le contexte, et tellement plus optimiste !

Un souvenir chassant l'autre, voilà que ma mémoire me restitue maintenant l'image souriante d'une rencontre imprévue avec une amie que j'avais bien connue quelques années plus tôt. Je la savais depuis, casée, mariée, sage...

- Comment ça, tu es là ? Et tu ne m'as rien dit ? J'arrive...
Elle est arrivée. Direct dans ma chambre d'hôtel. Je ne me souviens pas des premiers instants de nos retrouvailles. Il n'y peut-être pas eu de premiers instants ! En revanche, je la vois toujours deux ou trois heures plus tard me suçant encore avec ardeur et qui, se relevant soudain, me dit sans me lâcher :
- Et comment vas-tu alors, depuis le temps ? Tu sais que tu ne changes pas, toi ? Tu me fais penser au tronc d'un vieux chêne...

La comparaison était osée certes, un tantinet exagérée je suppose, mais j'avoue que mon ego en fut passablement réconforté. Pas que mon ego d'ailleurs...

Posté par Eronaute à 02:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 9 septembre 2012

Photo dérobée...

A la terrasse du petit bistrot, une jeune femme trie et commente avec une amie les cartes postales qu'elles viennent d'acheter : discussion très animée ponctuée de rires clairs...
Et Brunette, mon inconnue, ne tient pas en place ! Vêtue d'une robe de plage qui à cause d'un élastique trop lâche ne tient pas plus en place sur ses seins qu'elle sur sa chaise, elle mène un combat de tous les instants : quand elle la tire un peu sur ses cuisses, la voilà qui dégringole et découvre une fort jolie poitrine dont je guette avec gourmandise les apparitions inévitables ! Alors, d'un petit geste tendre, elle la saisit entre le pouce et le majeur et la remonte juste ce qu'il faut, au-dessus de ses tétons...
Assis non loin, j'observe le manège et sirote mon demi tout en tripotant mon appareil de photo.

Au bout d'un quart d'heure, fin de la discussion. Brunette se penche sur ses cartes postales et dans un silence studieux rédige consciencieusement, oubliant la robe qui dégringole et remonte tout à la fois...

Inconnue 1

PS : Et selon la formule consacrée, si vous vous reconnaissez et si vous ne souhaitez pas que cette photo reste exposée ici, prévenez-moi, je la retirerai... (Heu... Vous me donnerez votre téléphone, s'il vous plaît ?)

Posté par Eronaute à 02:51 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

samedi 25 août 2012

Soif...

Je suis passé chez elle à l'improviste.
Elle m'a ouvert à moitié nue, drapée d'un foulard dont elle s'était fait un pagne…
Faut dire qu'il faisait fichtrement chaud ; tellement que je voyais sa transpiration perler entre ses seins.

- Je repasse si tu veux…
Pagne- Non, entre ! Tu bois quelque chose ?

Elle s'est retournée pour aller fourrager dans la cuisine et je voyais ses fesses que le pagne ne recouvrait pas. Puis elle est revenue avec deux verres d'eau glacée qu'elle a posés sur la table.

- Ca tombe bien que tu sois venu…
- Je me demandais ce que tu devenais…

Elle m'a attrapé par la chemise, m'a plaqué une main sur l'entre-jambe.

- J'ai envie de baiser, qu'elle m'a dit tout de go !
- Mais…
- Quoi ? Ca ne te plait pas ?
- C'est-à-dire qu'aux dernières nouvelles tu étais lesbienne depuis ta puberté !
- Et alors ? Ce doit être ton côté féminin qui m'attire.

Bon, il est vrai que le sien de côté féminin m'attirait aussi énormément. Alors…
Sur la table, l'eau glacée a tiédi dans les deux verres.

Posté par Eronaute à 08:05 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 1 août 2012

Codicille

... (Voir billet précédent)

Dessous du sport

D'abord, qu'on ne s'y trompe pas : je n'ai rien contre les sportifs et encore moins contre le sport, bien que cela fatigue un peu, parfois ! Et j'avoue que son spectacle peut offrir à l'occasion un joyeux divertissement comme le montrent les quelques clichés ci-dessous...

Ensuite, et c'est une réponse à Ambre qui a bien raison de souligner que j'aurais dû, pour rester dans l'esprit de ce blog, retranscrire le dernier couplet de la chanson de Tachan. Oubli réparé :

 

Allez !  
 "Ce s'rait chouette si tous les drapeaux

  Voulaient bien se donner la hampe,
  Ca f'rait des pyjamas très beaux,
  Des soutiens-gorge pour les vamps.
  Ce s'rait chouette si tous les drapeaux
  Finissaient un jour draps de lits.
  On y ferait l'amour bien au chaud
  Avec les filles de leur pays !"

 Dessous du sport 2 

Posté par Eronaute à 01:54 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 29 juillet 2012

Télescopages...

Actualité, télé, sport, commentaires béats, crise économique, the Queen et James Bond, Syrie, bain de sang, paix universelle, drapeaux, colombes, mémoire... Je me mets vaguement à délirer sur la communauté des langages sportifs et militaires (gagner, perdre, se battre, médaille, attaquer, défendre, stratégie...) A quoi bon ! Déjà dit. Images en boucle, jusqu'à la nausée...

 

Et paf !

 

Me reviennent en mémoire les premières paroles de cette chanson au succès relativement confidentiel de Henri Tachan en 1973 (si je me souviens bien elle a même été interdite de radiodiffusion publique) : Les jeux olympiques...

 

Ce s'rait chouette les Jeux Olympiques,
Tous ces athlètes dans la foulée,
Pour un marathon fantastique
A la seule force du mollet.
Ce s'rait chouette les Jeux Olympiques,
L'émulation sur la cendrée,
Ce s'rait chouette les Jeux Olympiques
Si, nom de Dieu, il n'y avait

Leurs p'tits drapeaux
Leurs p'tits fanions
Couleur kaki
Caca d'oie des frontières
Leurs p'tits drapeaux
Pour chaque nation
Qui claquent au vent
D'une musique militaire.

 

...

 

Posté par Eronaute à 02:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

lundi 23 juillet 2012

La fesse cachée du Tour de France...

On ne vous dit pas tout !
L'épreuve reine du cyclisme a des dessous (ou pas !) peu connus du grand public...

EntrevuePose pour la presse locale...

Equilibre sur cadre Assouplissement
A l'échauffement, exercices d'équilibre et d'étirement avant le départ...

Le départ
Le peloton s'élance ! C'est un spectacle toujours impressionnant...


L'effort
Gros plan sur l'effort... Les commentaires sont inutiles.

... 

Et pour finir, l'image émouvante d'une échappée solitaire
qui fera sans doute bonne figure au classement général :

 Echappée

Posté par Eronaute à 02:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

mardi 10 juillet 2012

Vision fugace...

Brumeuse incertitude...
Au resto à midi, je ne pouvais détacher mon regard de la ceinture et des plis du jean de la serveuse.

Fugace

Posté par Eronaute à 00:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 28 juin 2012

Terra Incognita

Il y a parfois des moments où on aime laisser son regard
vagabonder sur des terres inconnues et pourtant si familières...

C'est comme ça que commence l'aventure !

Regard

Posté par Eronaute à 17:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 4 juin 2012

Attractions célestes

- Tout de même, cette histoire de trou noir géant, ça me donne le vertige !
- Tu parles de celui qui a bouffé une étoile récemment ? **
- Oui... Et sans compter que nous en avons un, nous aussi...
- Mmoui ?
Elle hésite un instant.

- ... Au beau milieu de notre Voie lactée, je veux dire...

Léger flottement.

- Ah... Sagittarius A ! C'est ça ?
- Oui. Trois à quatre millions de fois plus massif que le Soleil, il est en train de phagocyter des milliards d'astéroïdes qu'il avale à plus de 4 millions de kilomètres à l'heure...

Je ne sais plus comment  la conversation en est arrivée là...
J'ai croisé Eglantine au coin de la rue, on s'est fait la bise, on s'est mis à parler de choses et d'autres elle et moi, plantés sous un tilleul. Faut dire qu'Eglantine, je crois, elle m'aime bien et j'avoue qu'elle me fait de l'effet. Elle a de la conversation : elle parle d'elle sans façon, elle sait m'écouter, elle me pose des questions et répond aux miennes. Je m'entends bien avec Eglantine... Même que je me demande si je ne suis pas un peu amoureux d'elle ! Et puis j'aime bien ses seins sous son t-shirt noir parce qu'ils semblent libres et tranquillement épanouis, sans exagération, juste comme ça, avec leur petit bout qui pointe, exactement comme j'aime...

- C'est surprenant un trou noir... Comme une entreprise d'autodestruction, tu ne trouves pas ?
- Une façon pour l'univers de se sodomiser lui-même, c'est ça ?
Elle a osé la première !
J'avoue que quelques idées égrillardes m'ont traversé l'esprit  mais je ne m'attendais pas à celle-là... Elle rougit un peu, regarde ailleurs, je crois même qu'inopinément elle a laissé trainer ses yeux à hauteur de ma braguette. Alors j'en fais autant... Et un un petit coup de vent tiède et parfumé accompagne notre silence.

- Ce qui me fascine moi dans cette histoire, c'est qu'un trou noir, ça ne se voit pas en fait. Ca aimante, ça attire inexorablement mais ça ne se voit pas.
- C'est ça. Ca se devine, mais ça n'est révélé que par l'environnement et par les réactions qu'il provoque...
- Oui. Comme des plis dans l'espace-temps. Tu comprends ?
- Tu penses à quoi, là ?
- A rien...

AttractionC'est faux. Depuis tout à l'heure, ce n'est plus son t-shirt noir que je regarde à la dérobée mais son jean "straight" à taille basse, juste en dessous de sa ceinture où le relief de son pubis ne m'est suggéré que par les plis et la forme agréablement bombée de l'étoffe...
- Il me semblait pourtant, dit-elle...

C'est terrible ! Je ne peux plus me sortir de la tête l'image d'une  motte charnue auréolée d'une fine toison sombre et délicatement moulée dans le triangle d'une petite culotte noire... C'est malin !

- Tout ça, dis-je pour faire bifurquer la conversation, c'est un peu comme la matière sombre ! On suppose qu'elle existe mais on ne la trouve pas, et si elle n'existe pas, il faut revoir toute la théorie de la gravitation universelle, des corps qui s'attirent et qui tournent les uns autour des autres...
- Tu veux parler d'EROS ?
Silence dubitatif de ma part et regard qui glisse à hauteur de son sexe... Au bas de mon ventre une petite vibration m'alerte... Je crois que je vais bander...
- Tu sais bien Eros : Etude et Recherche des Objets Sombres...
- Ah... Des objets sombres, oui... Comme... comme... Je ne sais pas trop...
- ... Comme l'invisible toison des galaxies, propose-t-elle avec emphase. Enfin, je veux dire...

Voilà, maintenant je bande, c'est sûr !

 
_______________

** Observation faite en mai dernier mais l'évènement date évidemment de quelques millions d'années...

Posté par Eronaute à 18:36 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,