Les Ero-Dames
mardi 15 novembre 2011

L'Elise

Elle attendait une affectation sur un noble et grand vaisseau de ligne...

La voici en haute mer, défiant la houle et les déferlantes, à la proue d'un galion fier et racé :

l'Elise...

 EliseTrait

 

 

Posté par Eronaute à 01:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 6 juin 2007

L'esprit volage

De notre Figure de proue l'Artemis

Appuyée sur le bastingage
Les yeux perdus dans l’océan
CollectionMon esprit s’en va, voyage
Au pays des rêves troublants.

Il imagine l’espace d’un instant,
Que je ne suis pas très sage
Que je prends le gaillard d’avant
Pour un lieu de libertinage.

Ma seule nudité pour bagage
Je m’approche nonchalamment
Quand soudain, deux bras puissants
Me bloquent le passage.

Où allez vous donc, belle enfant,
Sans payer votre droit de péage ?
J’éclate de rire nerveusement
Mais quel est donc ce langage ?

Il convient dès maintenant
D’honorer la dette de passage
C’est le prix pour le gaillard d’avant
Allez mignonne, soyez bien sage.

Abandonnez vous à ce tourment
Qu’est le plaisir des amants volages
Offrez vous à la douceur du moment
Prenez mon offrande et bon voyage.

Posté par L Artemis à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 9 avril 2007

L'Amiral entre en scène

De notre figure de proue La Volcane

On frappait à la porte donc...J'avoue que tout d'abord, je n'y pris pas même garde, absorbée par mon numéro de charme, où pour la première fois, je me donnais à voir à une femme. Rose non plus d'ailleurs, ne semblait pas pressée d'ouvrir. Enfin, ne pouvant ignorer plus longtemps la réalité, je me fis un devoir d'ouvrir moi-même la porte de ma cabine : après tout, même invitée sur le navire, j'étais chez moi, puisque mon cher Amiral m'avait octroyé cette cabine. Inutile de préciser que je ne pris pas la peine de me rhabiller, je drapai négligemment mon intimité de mon foulard cam, et j'entrouvris la porte ainsi, ma petite poitrine arrogante et fière en avant.

cam2

Quelle ne fut pas ma surprise de voir notre Amiral en personne ! Il était là, dans la semi-obscurité, scrutant l'intérieur de ma cabine, ma belle invitée qui me tenait la taille sans que je lui ai rien demandé, et moi-même, entre la surprise et la joie, ne songeant même pas dans quel état je le recevais.

- Mais entrez donc, mon Amiral, fis-je enfin reprenant mes esprit. Nous faisions des photos, Rose et moi, n'est-ce pas ma douce amie ?
- Mais oui... et vous êtes une excellente modèle. Tenez, cela me fait songer à une chose : savez-vous ma chère, que notre Amiral est un excellent modèle lui aussi ?

Nous échangeâmes Rose et moi un petit sourire complice. Je vis immédiatement où elle voulait en venir, et j'avoue que son idée me captiva. Un de mes fantasmes ayant toujours été de photographier un homme, nu de préférence, qui s'offrirait à moi dans cet instantané de lumière où l'âme et le corps ne font plus qu'un.

Cela étant dit, Eronaute était entré dans ma cabine et semblait un peu songeur...Je pris soin de refermer la porte derrière lui.
- Eh bien mon Amiral, que dîtes-vous de la proposition de Rose ? Serez-vous assez...exhib, n'ayons pas peur des mots, pour vous livrer à notre objectif, sans votre uniforme bien sûr ?...

Volcane

Posté par Volcane à 12:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 4 avril 2007

L'appel de la lune

De notre Figure de proue 'L'Artemis"...

Je ne pouvais dormir cette nuit-là, non je ne pouvais pas. La mer était calme pourtant. Le roulis du vaisseau aurait dû me bercer, mais non je restais éveillée. Quelque chose au dehors m’appelait. Pourtant aucun bruit sur la brigantine. Une force extérieure m’obligea à me lever et à sortir nue de ma cabine, attirée malgré moi vers le pont.
Il faisait doux et je dors toujours nue, j’aime à sentir le léger courant d’air qui entre par la fenêtre ouverte caresser mon corps détendu.

EncordeeJe levais les yeux, tu étais là, lune, ma sœur pleine et si belle. C’était donc toi qui m’appelais. Je me suis adossée au mat de misaine et je te regardais, immobile. Mes bras entouraient tendrement ce reposoir innocent. Mes seins dressés fièrement vers toi. Pourquoi es-tu si loin de moi ?
Absorbée par notre conversation secrète, je n’ai pas entendu l’approche feutrée de l’homme de la nuit. L’homme de la mer, en expert, ne mit pas longtemps à me lier les mains entre elles. Me voilà en bien curieuse situation attachée à ce mat. Que n’ai-je réfléchi plus avant ?
Mes co-équipières ne peuvent me tirer de là sauf intuition féminine.
Et lui qui est il ? Est-ce le maître de ces lieux qui me fait une blague ? Est-ce un membre de l’équipage armé de mauvaises intentions ?
Sélène, ma sœur, aide-moi ….

Posté par L Artemis à 13:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 6 mars 2007

De Elle pourpre...

L_ElleJ'ai été déposée sur le quai à la nuit tombée. Je crois ... Je ne me souviens plus très bien.

C'est comme un rêve. Un mauvais rêve. Ses mains qui me tirent et me hissent. Ce canot où l'on m'étend... La lune jetait des éclats métalliques sur les flots phosphorescents. Et l'on m'a emportée.

J'ignore où je suis exactement. Je ne sais pas pourquoi j'ai été arrachée à la coque du navire pirate qui a bercé mes voyages antérieurs. Je ne sais pas ce que je fais là.

Personne ne m'attend. L'embarcadère est silencieux. Je n'entends que les clapotis de l'eau contre la coque d'une frégate au mouillage.Tout semble désert. Ou endormi.

Je suis seule. Et livrée. Au milieu de nulle part. Je voudrais pouvoir bouger, glisser vers les flots, retrouver mon navire bien aimé. Mais j'ai été déposée là... liée à un destin qui me dépasse, figure échouée dans une flaque de lune. Mâchoires serrées sur un poignard d'abordage, mon visage est un masque sans âme. J'attends...

Posté par Ecritspourpres à 09:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 26 février 2007

Instants volés

De nos Figures de proue La Rose et La Volcane...

 

Elle était sous mes yeux, vêtue de la transparence de son grand foulard, boucles brunes en cascade sur ses épaules voilées. Ma curiosité m’avait fait me cacher dans sa salle de bain d’où je la contemplais, porte entrouverte. Je sentais au léger tangage que nous avions quitté notre mouillage. Je n’avais pas le temps de tergiverser, je ne pouvais rester ici, elle allait probablement se rafraîchir dans un instant.

Ma main frôla mon inséparable sac, mais bien sûr, comment n’y avais pas pensé plus tôt !

 

Je ne m'étais pas trompée en effet. Un léger bruit venant de la salle de bain me prévint trop tard d'une présence inconnue. Un froissement, un glissement, quelque chose d'imperceptible mais qui ne pouvait tromper la guerrière que je suis, toujours aux aguets. Je me retournai face à la porte de la salle de bain...

 

Je surgis de la petite pièce, sourire éclatant aux lèvres, et lui lançai avec douceur : « Surtout ne bougez pas, la lumière dessine sur vous des arabesques fabuleuses ! » Et mon appareil photo commença à cliqueter.

 

… Alors que dans le même instant, celle-ci s'ouvrait doucement. Prête à bondir sur mon arme, toujours à portée de main, je restai ébahie : Rose se tenait devant moi et me contemplait avec un sourire merveilleux. Elle était armée...Et je compris qu'elle allait faire usage de son arme immédiatement. Le clic de l'appareil photo qu'elle tenait captura ma surprise. Je décidai de la surprendre à mon tour.

 

Sa surprise du départ se mua rapidement en suavité. Chaque cliché semblait lui être caresse sans que je n’aie besoin de prononcer un mot. Elle ondulait, glissait, souriait, éclatante et offerte. Ses yeux cherchaient les miens à travers l’objectif alors qu’elle appelait le désir de chaque geste. L’instant aurait pu durer des heures, mais quelques coups frappés sur la porte de la cabine rompirent l’enchantement…

 

Je lui offris l'éclat de mon corps sous la lumière des spots, je m'amusai avec mon foulard, voilant et dévoilant tour à tour ma nudité, jouant de son émoi, m'exhibant avec pudeur ou sans retenue, juste pour notre plaisir partagé...Le jeu aurait pu se prolonger et s'achever je ne sais comment. Mais on frappait à la porte !

 

Cats et Volcane

 

 

Cabine

Posté par unerosepassion à 12:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 20 février 2007

Dernière minute

Royale... De notre Royale Visiteuse...

   

Elle a longtemps hésité, mais s’est enfin décidée. Elle va embarquer sur le voilier. Elle à peur d’être en retard, de n’être point à la hauteur de ces naïades montées à bord à l’appel de l’Amiral.

Royale s’affole, choisit ses vêtement, jupes ?robes ? Dessous chics et érotiques ? Et puis comme une évidence il lui est apparu. Elle se déshabille et enfile sur sa peau nue, son gilet noir... Confortable, un rien court, ami de plaisirs et de moments câlins.

Devant le bateau, elle est soulagée qu’il soit encore à quai. Enfin à bord Royale cherche sa cabine. C’est sûrement la dernière qui soit inoccupée, à moins qu’il y ait une autre retardataire. Il y a une clé sur une serrure, le porte-clé en forme de lys, symbole Royal finement entouré de fourmis lui confirme qu’elle était attendue. Un léger courant d’air, lui rappelle la légère ouverture de son gilet. Eole venant caresser avec délicatesse le bout de son sein lui remémore un frôlement similaire.

Un bruit... Royale réajuste sa veste, et entre dans sa chambre. La clé tourne. Elle l’avait oublié ! Et sa veste est tombée.

Posté par royale à 23:22 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 9 février 2007

La Générale incognito

La_Volcane

De notre Figure de proue La Volcane...

L'invitation de mon cher Amiral était on ne peut plus claire. Mais je ne tenais pas à embarquer à la vue de tous, avec fanfares et trompettes. J'aime la discrétion - enfin, cela dépend pour quoi...Je choisis donc d'embarquer incognito et de nuit. J'attendis que le soleil fût couché, le service terminé, les lumières éteintes une à une. Quand le pont fut déserté et qu'il ne resta plus que la garde, je m'aventurai silencieusement. Je n'avais que mon sac à dos, mais il contenait plus que le nécessaire...

Je reconnus sans peine ma cabine, le hublot était décoré d'un rideau à ma couleur, kaki foncé. La porte s'ouvrit en effet. Je notais avec amusement que la cabine d'en face était allumée. Etait-ce Rose ou Artemis qui s'y prélassait en cet instant ?...J'avais bien une petite idée - à vérifier dès que possible. En attendant, j'avais réussi à passer inaperçue, personne n'ayant noté ma présence, avantage que je comptais exploiter très rapidement.

J'entrepris dans un premier temps de me changer : mon treillis kaki et ma veste tombèrent sur le sol en un instant, il faisait si chaud sur ce navire ! Quelques brèves secondes, je m'admirai nue dans le grand miroir, voilée juste de mon foulard cam. Il m'est toujours si difficile de résister à mon image...sourire. Cependant, mon intuition infallible me prévint que je n'étais peut-être pas si seule qu'il me semblait...

camouflage

Posté par Volcane à 07:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 8 février 2007

Artemis embarque

L_Artemis

De notre Figure de proue Artémis...

 

Figurez-vous qu’il y a quelques temps, je fus invitée à voyager en compagnie d’autres passagères sur le navire de notre hôte. Quand je suis montée à bord, personne pour m’accueillir... C’est bien étrange, me dis-je. Serais-je en retard ?

Qu’à cela ne tienne, je ne vais pas rester sur le pont à attendre. Je pars à la recherche de la cabine qui m’est destinée... Un léger tangage me faisait pencher d’un coté plus que de l’autre, comme pour m’indiquer la direction. Il faisait si chaud, que je n’aspirais qu’à me rafraîchir avant de faire connaissance avec mes compagnes de route.
Soudain, j’ai su que c’était là que je devais entrer. C’était ma cabine. Un arc et une biche étaient peints sur la porte.
J'ai ouvert sur une pièce claire baignée par le soleil couchant, qui illuminait un tableau que j'appréciai immédiatement. Quelle ravissante attention ! Un rapide état des lieux, un lit spacieux, des hublots laissant entrer le soleil et une superbe douche qui m'attira immédiatement.

Une petite enveloppe collée sur le miroir me fait de l’œil : une invitation à faire comme chez moi, à me mettre à l’aise. Et quel est le meilleur moyen pour une fille de l’eau que de glisser sous une bonne douche...

Posté par L Artemis à 18:21 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

Dans la cabine Rose

La__Rose

De notre Figure de proue UneRosePassion...

Voilà. J’étais dans la cabine qui m’était destinée, trouvée grâce à mon nom calligraphié avec soin sur une étiquette posée sur la porte. Je n’avais encore croisé personne, ni capitaine, ni passagères.

La brigantine était calme, bercée par la houle de la marée montante, chantante sous les battements du léger clapotis qui caressait sa coque. La journée s’annonçait belle pour prendre le départ de cet étrange voyage.

Le soleil à travers le hublot illuminait les boiseries, la décoration était d’excellent goût. Un petit carton noirci de la même écriture élégante me souhaitait la bienvenue et m’invitait à me mettre à l’aise. Ce que je fis, cela va sans dire, en commençant par ouvrir, les portes des placards, du cabinet de toilette et le tiroir de ce qui semblait être une table de nuit attenante au lit.

Notre hôte me savait curieuse et avait délicieusement pensé à tout ! « Le ton était donné » me dis-je dans une sourire ...

Posté par unerosepassion à 15:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,