Echanges véridiques
lundi 20 juin 2016

Les confidences de Miss A.

Miss A...


Ah, c'est quelque chose, Miss A. !
Ou plutôt, c'est quelqu'un... Une belle et jolie femme. On s'est un peu entiché l'un de l'autre en l'espace de quelques heures, allez savoir pourquoi ! Et c'est sûr qu'on aimerait bien... Mais bon, il doit y avoir quelque chose comme cinquante mille kilomètres entre nous et autres épines dans le pied pour empêcher de tourner rond dans de beaux draps, alors voilà. On se raconte des trucs et des machins, on s'envoie des confidences osées et des photos qui ne le sont pas moins et puis voilà... L'un dans l'autre, si j'ose dire, on se partage nos envies, on tisse l'écheveau de nos fantasmes et on se cultive un champs entier de désirs. Ca pousse bien le désir ! Et me voici devant vous pour vous rapporter quelques unes de ses histoires...
Parce que somme toute, ça nous plaît bien que je la mette en scène.

_____

 

Bas 2

Je devais le voir que samedi mais je me suis souvenue que j'avais invité du monde ! Il a été très vexé que je lui dise "Au fait, c'est mort pour samedi... Vendredi matin tu bosses pas ?" Il m'a répondu : "je ne suis pas ton objet !"

C'est mon célibataire endurci, un sacré caractère !
On parle beaucoup ensemble de nos vies, je finis toujours par me jeter sur lui et souvent il me repousse en disant qu'on a le temps... pfff ! Un peu plus jeune que moi, maître d’hôtel dans un palace. Il est d'une incroyable sensualité, on se caresse pendant des heures, on se lèche, on se touche. Ça nous suffit. On va rarement jusqu'à faire l'amour ; je crois que sur la petite dizaine de fois où on s'est vus, on a eu que deux rapports. Il aime les pieds, les bas, collants. Donc il me fait découvrir tout ce monde un peu particulier et j'aime bien.
 
Vendredi, j'étais déjà un peu en stress, car ma petite était chez moi et je devais retourner la chercher pour l'emmener au collège...
Quand nous sommes allés dans sa chambre, il m'a enfilé un bas et m'a longuement léché les pieds, puis mon minou , mes seins... On a fait que des préliminaires durant 30 bonnes minutes... puis il est venu sur moi... je l'ai branlé en me touchant le clitoris avec son gland... j'ai eu un orgasme merveilleux, je n'ai pas pu m’empêcher de le glisser dans mon minou pour quelques petits aller-retour, et encore quelques spasmes de plaisir...
Il s'est relevé et il a joui en se branlant dans mon bas...
Mon téléphone a sonné !! Ma fille... "Maman t'es où ?"
Minceeeeeeeeee, une douche, je me suis vite habillée, je suis partie en panique !
Il me répond à peine depuis ... 
Ca m'énerve, mais je n'ai pas envie de me prendre la tête.
Miss A.

Posté par Eronaute à 18:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 20 mars 2012

Correspondance printanière

Chère Elodie,

Ce que vous pouvez être mutine alors !
Vous vous rendez compte ?

Que sont donc ces façons de m'inciter à la débauche, moi, un homme si réservé, si pudique...

Non seulement vous trouvez toujours le moment le plus inattendu pour m'envoyer par téléphone des photos de vous particulièrement suggestives (oui comme celle-ci en effet... Et... vous savez que vous avez un cul superbement attrayant ?), mais en plus, vous m'écrivez des mails osés tandis que je suis en conférence avec mon assistante !
Bon, en soit, ce n'est pas si grave, rassurez-vous... Mais comme cette aimable personne qui a accès à ma messagerie prend parfois l'initiative fort prévenante de trier mon courriel, vous pouvez imaginer le résultat...

Ainsi, ce dernier message qui l'a mise dans un état...
Je vous raconte pas !

 

Vous êtes toujours en vie ? (en vit ?!)
Vous savez, j'ai l'air loin comme ça, j'ai l'air occupée...
Et je sais que vous aussi : mais je n'en pense pas moins !

Et à quoi, je vous le demande un peu ?
Je vous demande juste d'y songer quelques instants : oui, prenez un moment, et songez quel plaisir, quel honneur quel hommage, quelle bandaison magnifique vous m'avez offerts !

Je n'en suis pas remise ! Et vous ?

Songez-y bien, et n'y voyez aucun inconvénient si elle décidait de se représenter...
Je ne verrais aucun inconvénient pour ma part à ce que vous l'aidiez d'une main experte, mouvante, caressante... aussi bien que je serais tentée de le faire ! Sachez alors que moi-même, en y songeant... je laisse ma main faire à sa guise... et que sa guise m'est grand plaisir, en pensant à votre queue !

Mmmm... soupirs...
Baisers de nuit caline, féline, coquine...

Elodie.

Ahhhh... Le printemps tout de même... C'est quelque chose !

Posté par Eronaute à 18:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 31 janvier 2011

Les Blogs de Chilina

"Envies sages Moi" et "Sensuellement Femme"

Photo prise sur le Net !Entrer dans l'univers de Chilina, ce n'est pas sans risque !

Le moins qui puisse vous arriver à la lecture de ses deux blogs*, c'est de succomber à son imparable pouvoir de séduction et de rester planté devant sa porte comme un adolescent furieusement épris, en attendant qu'elle veuille bien vous regarder... Et que vous soyez un homme ou une femme, cela ne change rien ! Mais Chilina vous regarde toujours, ne laisse jamais personne sur le seuil de sa demeure et vous habille de sa douce chaleur pour vous emporter dans le vertige de ses émotions. Vous êtes alors "accro" et fidèle... Des pages et des pages d'amour, de sensualité, de douceur, d'érotisme, illustrées par des photos judicieusement choisies dont on se laisse persuader qu'elles reflètent exactement ce qu'elle est : une merveilleuse amante enfiévrée de douceur...

De bien jolis textes, poésie ou prose poétique libre, des descriptions voluptueuses et crues à la fois. Chilina l'indomptée, la soumise, la farouche, la généreuse... On ne sait trop comment associer ces qualifications contradictoires. Tout simplement : Chilina est une femme. Et quelle femme !!!

_____

Eronaute : On peut dire que vous ne faites pas les choses à moitié Chilina : vous éditez deux blogs* à la fois ! "Envies sages Moi" et "Sensuellement Femme". Doit-on considérer qu'ils sont identiques ou au contraire que c'est pour vous une façon de ranger vos fantasmes et vos rêves dans des catégories bien distinctes ?
Chilina : Non, ils ne sont pas identiques bien qu'ils soient complètement moi, chacun à sa façon. "Sensuellement Femme" qui était pour moi un blog de soumission à un homme, avait disparu pendant quelques jours et, n'étant pas sûre de le récupérer, j'ai créé "Envies Sages Moi", ce qui correspondait en même temps à un changement important pour moi... J'avais souffert d'un maître qui n'en était pas un... Un Homme m'a tendu sa main, je l'ai prise et il m'accompagne encore aujourd'hui... Et bien que je conserve en moi ce côté "Soumise" et le blog "Sensuellement" pour y confier mes ressentis sur cette facette de ma personnalité, "Envies Sages" me correspond mieux aujourd'hui... Il me rend sereine.

Eronaute : On vous sait discrète et il faut vraiment beaucoup chercher avant de trouver une photo de vous ! C'est de la pudeur ou une façon d'entretenir un certain mystère ?
Chilina : Le fait de ne pas me montrer n'est pas de la pudeur. D'une part je n'en vois pas vraiment l'utilité sur mon blog, d'autre part, je me protège et il est aussi très vrai que garder un certain mystère me laisse beaucoup plus libre. Notamment dans mes écrits où je me dévoile telle que je suis, même si je parle peu de moi.

Eronaute : Pas de pudeur alors... Et d'ailleurs, vous n'hésitez pas trop dans vos textes et vos récits, à donner beaucoup de précisions intimes et crues... Qu'en pensez-vous ?
Chilina : L'acte d'amour me semble si naturel, même dans les gestes les plus osés, que les décrire dans leur vérité vraie, telle que j'aime les donner, ne fait qu'exprimer ce que je ressens profondément en moi... Chaque moment "cru" est accompagné de tendresse... J'espère juste que mes mots expriment bien mon ressenti.

Eronaute : Le nombre de photos "trouvées sur le net" que vous publiez est assez conséquent. Cela suppose beaucoup de recherche, non ? Combien de temps consacrez-vous à vos blogs au cours d'une semaine ?
Chilina : Bien que cela m'arrive de temps en temps, je ne recherche pas vraiment mes photos. C'est au cours de mes balades que je collecte celles qui me plaisent et les classe dans une "photothèque" que je me suis créée pour le jour où... Il m'arrive de tomber sur une mine et là je peux y passer beaucoup de temps mais je ne comptabilise pas le temps...

Eronaute : Ça vous a pris comment ce plaisir de parcourir les pages de photos érotiques ?
Chilina : L'émotion devant une photo érotique de femme m'est venue avec le net, brutalement face à l'une d'elle, pourtant très sobre mais si parlante... Car ce sont de vraies émotions que je ressens en voyant certaines photos... Elles me mettent immédiatement en situation, face à celui qui me fait l'amour et je sais qu'un jour elles correspondront à l'un de mes écrits.

Eronaute : Est-ce que, petite fille, vous feuilletiez déjà, et en cachette, des magazines coquins ?
Chilina : Bien sur pré-ado, je ne feuilletais pas les magasines coquins mais je lisais sous ma couette à la lueur d'une lampe de poche les livres érotiques de mes parents ! Je les lisais dans le nuit et les reposais au  matin dans la bibliothèque...

Eronaute : Vous avez publié beaucoup de petits poèmes en prose jusqu'à présent... N'êtes-vous pas en train de changer quelque chose ces temps-ci en modifiant la forme de vos récits ? Pourquoi ?
Chilina : Je ne me rends pas vraiment compte de ce changement, j'écris à l'instinct, avec mes tripes... L'émotion encore une fois me guide... "Sensuellement" me tenait plus ou moins dans un monde virtuel, "Envies Sages"  est le reflet d'une réalité.

Eronaute : Considérez-vous votre blog comme un journal intime ? Ou comme une soupape qui vous permettrait de lâcher un peu d'un trop-plein de sensualité ?
Chilina : Journal intime ? Peut être pas vraiment car je n'y dévoile qu'une toute petite partie de moi : simplement ce côté de moi, loin de l'image que je peux véhiculer dans la réalité, que personne ne connaît à part les blogueurs et l'Homme à mes cotés... Mais il est vrai que c'est vraiment pour moi une bouffée d'oxygène trop longtemps retenue... Comme pour beaucoup, ces blogs sont profondément moi.

Eronaute : Si l'on vous dit qu'en vous lisant on devine chez vous une femme sereine mais qui prend beaucoup sur elle pour l'être, vous répondez qu'il y a un peu de ça ou que cela ne nous regarde pas ?
Chilina : Je ne suis pas femme à utiliser un "joker" !! ... Je me veux sereine, même si la vie se charge souvent de me faire mentir... Je suis complètement optimiste et j'ai cette faculté de reléguer très loin dans ma tête, ce qui fâche ou me rend triste au profit de la joie de vivre et du sourire... Bien sûr j'ai mes moments, mais qui passent très vite. Je me veux davantage le plus possible en haut de l'échelle, près du soleil et des étoiles plutôt qu'en bas, à pleurer sur mon sort ! Il me suffit de penser à tout le malheur qui nous entoure pour me savoir privilégiée... Donc pas le droit de pleurer sur soi, ce n'est que du temps perdu et... j'aime tant la vie et tout ce qu'elle m'apporte de bon !

Eronaute : Chez les autres, que recherchez-vous essentiellement dans la lecture ou la visite d'un blog ?
Chilina : Là encore je vais vous dire : une émotion, quelle qu'elle soit ! Les blogs érotiques m'en amènent... Pas tous : certains me laissent complètement froide et souvent, pourtant dans les plus visités... Un blog de cuisine, pour la saveur d'une recette à partager ou imaginer partager... Un blog humoristique par la convivialité de celui qui le tient... Un blog de photo pour la sensualité de l'auteur du blog... Je fuis la vulgarité même si elle est teintée d'humour chez les hommes, mais plus que tout, chez les femmes, l'exhibitionnisme à outrance quand elles n'apportent rien d'autre... Je recherche, surtout sur un blog de Femme, la sensualité, la douceur et la féminité de celle qui le tient... Sur un blog d'homme, sa virilité, sa force mais aussi sa tendresse... Sur les deux, leur honnêteté et... je remercie tous ceux, dont vous, qui me donnent tout ça !

* Et jamais deux sans trois : Pas-Sage-Erre

Bientôt, d'autres rencontres, d'autres blogs...

Posté par Eronaute à 17:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

lundi 3 janvier 2011

Le blog de Lilly

Futon Fripon... C'est le blog de Lilly.
Cela tient du journal de bord ou de la chronique d'un quotidien ordinaire et libertin.
Peut-être pas si quotidien (faut pas exagérer tout de même), ni si ordinaire loin s'en faut ! Pudeur des textes contrastant avec des images sans fioritures, explicites comme on dit... Des coups d'oeil sur la vie qui va, des extraits de littérature, quelques bouffées musicales pour exprimer l'inexprimable et puis, l'omni présence d'un libertinage joyeux, du moins assumé, témoignant de désirs qui ne se disent pas toujours !

Exhibitionniste Lilly ? Pas si sûr...
Elle ne raconte pas, elle ne montre pas : elle laisse voir, nuance !

FutonFripon

Eronaute : Vous êtes en ligne depuis 2006 si je compte bien. Aucune lassitude de votre part ?
Lilly : Des moments de lassitude, ou plus exactement d'ennui, oui. Et beaucoup, beaucoup d'interrogations. Continuer ou pas? Pour quelles finalités? Je n'ai toujours pas de réponse qui soit en mesure de me convaincre ou de me rassurer.

Eronaute : On trouve un peu de tout chez vous (art, littérature, société...) mais à 95% c'est le compte rendu de vos rencontres libertines ! Vous justifiez cette proportion ?
Lilly : Je ne suis pas sûre que vous ayez effectué un décompte exact. Mais peu importe. J'aime introduire dans ce blog les mots des autres. Les mots des femmes, surtout, lorsqu'elles évoquent l'amour et le plaisir. Ils viennent comme en écho de mes reflets si particuliers. Avec quelques plages musicales, parmi celles qui m'émeuvent ou qui évoquent des souvenirs.
Et puis, j'use de peu de mots pour évoquer mes rencontres libertines. Je ne les narre pas. Même si je suis parfois tentée. Mais je me heurte alors à une sorte de mur infranchissable: exprimer un ressenti d'une violence et d'une richesse qui échappe au langage ordinaire.

Eronaute : Pour les photos, vous n'y allez pas par quatre chemins : des verges tendues, des vulves gourmandes... De l'explicite en somme ! En contrepoint, vos textes ou vos courtes légendes sont très soft, pudiques même... Vous expliquez ça ?
Lilly : En fait, je suis très pudique et peu démonstrative. Du moins dans la vie ordinaire. Les images, c'est ma façon de dire à des inconnu(e)s: voici ce que je peux être dans l'exaltation du désir. Et je trouve qu'un sexe (féminin ou masculin) révèle bien souvent de stupéfiantes beautés. Celles qu'une morale rétrograde pousse à dissimuler. J'ai pris le pari de montrer cette beauté-là.

Eronaute : Qu'est-ce qui vous motive pour ces photos : le plaisir de les faire et de retenir l'instant ou celui de vous montrer ?
Lilly : Les photos ne me motivent pas. Du moins dans le feu de l'action. Elles sont prises par mon compagnon de toujours, témoin attentif et passionné de mes plaisirs. C'est ensuite, lorsque je les revois, qu'elles suscitent en moi l'émotion et provoquent un autre désir, les montrer à des inconnu(e)s. Avec le risque de les choquer? Peut-être. Mais celles et ceux qui seraient choqués peuvent alors disposer de leur libre-arbitre !

Eronaute : Considérez-vous votre blog comme un journal intime ?
Lilly : Non. J'écris ailleurs. Par contre, je laisse dans ce blog quelques traces de ma vie sexuelle. Des traces furtives. Avec ces moments d'émotion, d'amour parfois, que d'autres peuvent alors partager, dont ils peuvent s'émerveiller. Car je crois que nous avons toutes et tous la capacité de nous émerveiller à vivre l'amour de l'autre.

Eronaute : Selon vous, le sexe et le libertinage, sont-ils une sorte d'antalgique contre le temps qui passe ?
Lilly : Assurément oui. Je ne dissimule pas mon âge (la cinquantaine!). Les regards empreints de désir que portent des hommes, jeunes pour la plupart, sur la femme que je suis devenue me confèrent un dynamisme et une force dont je ne me croyais capable.

Eronaute : Et au fait, pour quoi ce titre, Futon-Fripon ?
Lilly : Rien de bien original, en fait! En règle générale, les étreintes débutent et s'achèvent sur un futon!

Eronaute : Chez les autres, que recherchez-vous essentiellement ou qu'attendez-vous dans la lecture ou la visite de leurs blogs ?
Lilly : J'aime les mots des autres femmes. J'ai donc tendance à accorder plus d'attention, plus de présence aux blogs tenus par des femmes. J'y recherche comme une complicité, une complémentarité aussi. Une source d'inspiration parfois. L'évolution de mes désirs. Ceux que je contiens comme ceux qui se tiennent à la périphérie de ma vie. Les relations de femme à femme, en premier lieu. Mais ceci est une autre histoire !

Posté par Eronaute à 18:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 15 décembre 2010

Le blog de Gicerilla

On sort ! Je vous emmène au théâtre !

Le Petit théâtre de la vie, c'est le Blog de Gicerilla...
J'imagine Gicerilla éternellement souriante. Allez savoir pourquoi... Mais un sourire qui en dit long et qui n'en pense pas moins ! Humour acidulé, distance prudente et mesurée, observation sans concession : de sa plume acérée ou rieuse c'est selon, de la pointe de son pinceau trempée dans la gouache du quotidien, elle  met en scène, décrit, se moque et donne à voir. On pourrait croire que Gicerilla raconte sa vie, ses histoires, ses empêtrements divers... Prenons garde : c'est aussi de nous qu'elle parle, des étranges animaux que nous sommes, de nos contradictions, de nos élans ! Gicerilla est une gourmande : gourmande des autres et de la vie...

Peinture de la vie

Eronaute : Qu'est-ce qui vous a décidée à mettre "Le petit théâtre de la vie" en ligne ?
Gicerilla : Il faut lire la note fondatrice ici ... Mais en cinq mots, je dirais que c'est pour plaire à un homme que j'ai créé mon blog. Je n'y ai pas réussi. Je devrais en être attristée mais, étrangement, pas du tout car grâce à lui, j'ai découvert en moi une imagination foisonnante et une capacité créatrice que je méconnais et qui me permettent d'écrire sur tout et n'importe quoi en me divertissant souvent ! 

Eronaute : Ce titre... "Le petit théâtre de la vie"... Il pourrait laisser entendre que vous vous sentez toujours en représentation dans la vie. C'est le cas ?
Gicerilla : Non. La vie est une scène et tous les habitants de la terre en sont les acteurs. Je ne suis pas en représentation, au contraire, je tente d'être vraie à tout moment. Mon blog est l'espace où je mets en scènes mes médiocrités et mes rares grandeurs, non par goût de l'exhibition mais pour montrer la voie. Montrer à l'autre ce qu'il héberge par effet de miroir pour déclencher un échange et, au mieux, donner l'occasion au lecteur de prendre conscience de certaines choses le concernant. Je mets met à nu avec les risques inhérents à l'exercice que j'assume sûrement mieux grâce à l'anonymat.  Je suis un peu sage-femme pleine d'empathie et de bienveillance vis-à-vis de ses semblables.

Eronaute : A vous lire, on devine que vous occupez des fonctions très sérieuses, importantes... Votre blog est-il une façon de vous échapper de tout cela ?
Gicerilla : Mes fonctions requièrent de ma part beaucoup de sérieux en effet, pas toujours propices à la légèreté. Mon travail est un véritable centre d'observation de la nature humaine. Un service dans une grande entreprise est un microcosme où l'on retrouve tout ce qui constitue l'humanité avec toutes ses personnalités. C'est pour moi une source infinie d'inspiration et de prétexte à réflexion que j'expose aux lecteurs. Mon blog est donc une tribune qui me permet d'aborder de nombreux aspects des interactions qui peuvent exister entre les êtres dans un contexte où l'intérêt personnel parfois n'est pas loin, pas assez loin...
 
Eronaute : Je ne me suis jamais posé la question de savoir si les histoires que vous racontez sur vous sont vraies : si vous les inventez, elles n'en sont que plus authentiques ! Cela vous inspire un commentaire ?
Gicerilla : Quasiment toutes mes histoires "Rubrique à brac", "Eros" sont des fictions. Les "Billets d'humeur" et "Billets d'humour" sont inspirés à des niveaux différents par des anecdotes de ma vie.

Eronaute : Est-ce que l'indécision chez vous est une forme de prudence ou le lieux privilégié pour une meilleure observation du monde qui vous entoure?
Gicerilla : L'indécision ? Elle n'est que ma façon d'interroger le lecteur. Il existe parfois chez moi de l'indécision en effet, car le doute est dans ma nature mais la plupart du temps cette "indécision" est toute épistolaire et me permet de solliciter l'avis du lecteur, provoquer une intervention, car sans interaction un blog ne serait qu'un étalage de mots sans intérêts.
 
Eronaute : Avez-vous envie, par l'entremise de votre blog, que l'on vous connaisse mieux et autrement que dans la vraie vie?
Gicerilla : Non. Je veux me montrer nue en me fichant éperdument du jugement. Je me donne certainement en pâture, mais c'est un choix éclairé. Je ne suis pas autrement dans la vraie vie et avec mes amis, je vous assure, je suis souvent aussi nue. Parfois, malgré mes efforts de précision, de concision dans l'écriture, je réalise que le lecteur a interprété un de mes textes, a mis une intention que je n'avais pas mais mais qui finalement est le miroir inconscient de ce qu'il pense, de ce qu'il est, lui, le lecteur. Cela me chagrinait au début mais, avec le temps, j'ai accepté ces interprétations même si elles sont éloignées de mon propos fondamental, simplement parce que le lecteur, en croyant parler de moi, m'en a dit sur lui plus qu'il ne le pense. C'est fascinant.
 
Eronaute : Avez-vous conscience de votre pouvoir de séduction ?
Gicerilla : Non, car aucune motivation de charmer ne m'anime. Mais je veux bien croire que certains des textes de la rubrique "Eros" révèlent un aspect de mon imaginaire qui peut, à un moment donné, donner à rêver, être source de fantasmes. Je ne peux pas empêcher les projections que fait le lecteur sur mes textes et donc il se peut qu'on voit en moi la femme que je ne suis pas, et peut-être cette femme est-elle perçue comme une séductrice ?

Eronaute : Chez les autres, que recherchez vous essentiellement dans la lecture ou la visite d'un blog ?
Gicerilla : Je suis curieuse de l'humanité, de l'être, vous l'aurez deviné. Mes contemporains me passionnent. Aussi, j'aime lire certains blogs parce que je découvre par eux un personnage qui n'est peut-être pas l'auteur vraiment, mais un personnage dont la complexité m'intéresse, m'émeut, m'agace, me fait sourire, me donne à penser. Je cherche chez l'autre la différence.

... Et bientôt... d'autres blogs, d'autres univers...

Posté par Eronaute à 17:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 9 décembre 2010

Grains d'Ambre: le blog de... Ambre !

Son blog "de nuit" comme elle dit, c'est Grains d'Ambre...

Elle, c'est Ambre !
L'ambre, précisent certains dictionnaires, est une résine utilisée comme une gemme ornementale, légère, tendre... Les Grecs l'appelaient elektron (ήλεκτρον) ! Tout aussi légère et tendre, Ambre est également électrique : autant d'énergie que de sensualité ! Elle va d'expositions en concerts, de notes de voyage en confidences émouvantes ou érotiques... Toujours à l'affût de découvertes et d'émotions, elle court partout semble-t-il, et nous entraîne dans son sillage parfumé de désirs. Elle laisse ici ou là des images de rêve : des paysages bien sûr, et le paysage de son corps dénudé aussi, liane souple habillée de brumes légères et d'un peu de mystère, en partance pour les îles de la Transgression... Y fera-t-elle escale ?

Ambre

Eronaute : Qu'est-ce qui vous a décidée à mettre Grains d'Ambre en ligne ?
Ambre :
L'envie d'écrire la sensualité. D'écrire librement, de partager des bouts de vie, des sensations, des fantasmes... Parce que j'ai toujours été touchée par ce genre d'écrits. Je pensais bien qu'il y avait quelque chose entre les blogs "de jour" et la pornographie : j'ai cherché, et j'ai trouvé : les blogs "de nuit"...

Eronaute : Vous mêlez chroniques culturelles et notes très intimes... On passe de Utrillo à vos fantasmes, vous recevez votre lecteur aussi bien dans votre salon que dans votre boudoir... C'est ça la vie pour vous, le désir qui s'ouvre sur le monde ?
Ambre : C'est joliment dit, "le désir qui s'ouvre sur le monde" ! C'est un peu cela, oui, le désir de dire, le désir de se dire, le désir de dire le désir, ça trouve sa place là, entre remarques sur le monde et histoires vécues ou rêvées : de quoi échanger, discuter. Vous savez, la qualité des échanges, entre humour et complicité, c'est ce qui m'a le plus surprise, sur ces blogs ! Et puis de quoi se dire vraiment, tout ce qu'on ne peut dire ni écrire ailleurs, ce qui vient du corps, les sensations qu'on ne dit jamais, à personne, ou si peu, ces fantasmes et moments vécus, ces désirs et ces cris intérieurs... Alors, oui, tout ça en moi avait envie, besoin, de s'ouvrir au monde !

Eronaute : La publication de photos de vous dans des tenues légères procède-t-elle d'un goût prononcé pour la photographie, d'un désir d'exhibition ou d'une façon de vous redécouvrir ?
Ambre : Cela tient peut-être bien des trois ! Me découvrir, c'est me découvrir : le double sens du mot est assez explicite ! Le désir de se montrer est venu après, je crois. C'était d'abord l'envie d'essayer de me mettre en images, de me voir autrement que dans mon miroir : savoir si je saurais trouver quelques angles d'où l'image serait belle : à la fois un essai en photo, et redécouvrir mon image... Et j'y ai pris goût !

Eronaute : Qu'éprouvez-vous à la lecture des compliments inévitables sur votre charme qui vous sont adressés ?
Ambre : Beaucoup de plaisir, je ne le cache pas ! Après, je reste lucide sur ce que je suis, mais restaurer son image fait toujours du bien. (Que j'en avais besoin ou non, est, humm, personnel !) sourire...

Eronaute : Considérez-vous votre blog comme un journal intime ?
Ambre : Non, pas vraiment. Le journal intime ne se fait pas lire au monde entier ! (Soyons ambitieux !) rire
Non, je blague, je ne cherche pas un grand nombre de lecteurs. Que plusieurs me lisent régulièrement me fait chaud au coeur. Les échanges dans les commentaires me font rire, parfois, sourire, souvent : ce sont de belles rencontres, ici !

Eronaute : Relisez-vous parfois vos anciens billets en remontant dans le temps, pour y retrouver "une autre" Ambre ?
Ambre : Ah, tiens, non ! Vous m'y faites penser, il faudrait que j'essaie ! Mais je me souviens assez bien de ce que j'ai écrit : je pense qu'il y a une évolution, sans doute. Vivre, c'est toujours changer, non ?

Eronaute : Rédigez-vous parfois des histoires (coquines) fausses, en regrettant qu'elles ne soient pas vraies ?
Ambre : Chuuut, vous ! Que vont penser mes lecteurs ? Bon allez, j'avoue : il y a une part de fiction dans certains de mes récits. Je l'indique plus ou moins, par les rubriques... Si je dis "rêveuse", à votre avis ?

Eronaute : Qu'avez-vous gardé en vous de la petite fille que vous étiez ?
Ambre : En moi ? Peut-être bien cette capacité à rêver, justement ! Et sinon, les jambes. Oui, absolument : quelqu'un m'a dit que j'avais des jambes de gamine !

Eronaute : Chez les autres, que recherchez vous essentiellement dans la lecture ou la visite d'un blog ?
Ambre : Mmm, et bien : de la sagesse, de la réflexion, des conseils, de la philosophie ! Mais non, voyons : comme tout un chacun ici : de quoi rêver, des belles images, des histoires, des sensations, des ressentis où l'on se retrouve, des fantasmes coquins qui nous séduisent ! Et puis de l'humour. Ou de la sensibilité. Et du style, j'aime quand c'est bien écrit, bien raconté, ou bien photographié. Du plaisir, quoi !
Anything else ? Vous voulez un café ?
(Tiens, oui pourquoi non ? Il doit être bon son café...)
Merci pour cette interview, c'était un plaisir.


... Et bientôt... d'autres blogs, d'autres univers...

Posté par Eronaute à 15:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 2 décembre 2010

Le blog de Myrtille

  • Flânerie ici ou là, sur les Blogs des uns (des unes !) et des autres... Parfois, je m'attarde ici plus que là, sans trop savoir pourquoi ! D'où l'idée de présenter quelques unes de ces pages où je m'arrête, nouant parfois un petit bout de dialogue. Aujourd'hui, c'est de M'en songes qu'il s'agit...

M'en songes, c'est Myrtille...
Me vient immédiatement en bouche cette saveur particulière, ni trop sucrée ni trop acide, de la petite baie qu'on appelle bleuet parfois ! La myrtille dit-on, améliore la vue et permet de lutter contre le vieillissement. Ça tombe bien : Myrtille publie beaucoup de photos d'elle, photos que l'on ne contemple jamais sans se prendre un petit coup de jeune ! Des photos curieusement traitées où se conjuguent étrangement estompe et réalisme du trait... De la douceur et du contraste, une forme de pudeur et la volubilité d'une exhibition joyeuse  et systématique !
Et justement, j'aime bien ce côté systématique... La redistribution, la répétition, la réédition d'images qui pourtant ne se ressemblent pas, avec une économie de moyens qui laisse deviner le plaisir de faire... Et puis derrière les images, je vois Myrtille qui s'affaire, se prépare, s'habille ou se dénude un peu... Myrtille qui nous montre quelque chose qu'elle ne dit pas. Parce que cela ne nous regarde pas : c'est nous qui regardons !

Myrtille

Eronaute : Qu'est-ce qui vous a décidée à mettre M'en songes en ligne ?
Myrtille : Mes photos.... Une curiosité ... Quelqu'un... Le temps qui passe...

Eronaute : Pourquoi ce titre ?
Myrtille : Eh bien.. pour le jeu de mots ! 

Eronaute : Vos photos sont traitées de façon étonnante. Est-ce que c'est une façon de souligner, ou au contraire de prendre de la distance avec le réel ?
Myrtille : Parfois l'un parfois l'autre... Pour créer une ambiance...  et parce que elles sont de mauvaise qualité...LOL

Eronaute : Outre la démarche esthétique, la publication de vos photos peut témoigner d'un certain désir d'exhibition... Qu'en pensez-vous ?
Myrtille : Du bien !

Eronaute : Considérez-vous votre blog comme un journal intime ?
Myrtille : Ce n'est pas tout à fait un journal intime, mais par rapport aux catégories proposées à Erog, c'est ce qui correspond le mieux.

Eronaute : Vous écrivez relativement peu sur vous : vos photos sont-elles une façon de vous raconter ?
Myrtille : Le but du blog n'est pas de me raconter...

Eronaute : Vos jambes et vos fesses - que vous avez fort belles - sont souvent en vedette. Les considérez-vous comme un atout majeur de votre séduction ?
Myrtille : Oui, plus ou moins... Puis je trouve la vue de fesses  plus érotique que la vue de face...  Cela dit, mon blog reste quand même très soft, que ce soit au niveau des images ou au niveau du texte... Malgré cela, ça plaît à quelques personnes qui y trouvent  cette ambiance que j'aimerais rendre... Ça fait plaisir.

Eronaute : Chez les autres, que recherchez vous essentiellement dans la lecture ou la visite d'un blog ?
Myrtille : Je ne recherche rien de particulier...  de temps à autre je fais un tour voir des blogs : quand un blog me plaît ça peut être pour l'esthétique, l'érotisme, l'humour aussi, une certaine sensualité, etc.

Posté par Eronaute à 12:46 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 25 juillet 2010

Ficelles

Liens

 

  • En réalité, vos instructions, savez-vous, m'ont contrainte et... déliée.
    ... Jouer ce jeu seule me tentait, m'attirait et j'avais bien essayé, mais ça n'avait aucun sens...

(Elodie)

 

 

Posté par Eronaute à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 14 juillet 2010

Sur papier mauve...

RubanAh, le temps béni des correspondances érotiques...
Le temps des lettres sur papier mauve où les pleins et les déliés de phrases manuscrites évoquaient les méandres du désir autant que les courbes douces de l'amante éloignée... Quel temps y passait-on, trempant et retrempant sa plume dans l'encre de la séduction, choisissant ses mots comme autant de caresses, affûtant ses formules en double sens, jouissant éperdument de tous les points de suspension ! On insérait enfin sa missive dans une enveloppe parfumée que l'on scellait du petit coup d'une langue gourmande ! On griffonnait parfois, sous le timbre, un mot grivois, un petit dessin osé, affranchissant ainsi sa lettre de tous les interdits !

Et l'on attendait... Imaginant l'émotion de l'autre puis toutes les réponses possibles.

Et quel plaisir de lire et de relire toutes ces missives accumulées dans un tiroir secret ! On les serrait dans un ruban - ruban volé à l'autre parfois, et dont on supposait qu'il avait délicieusement entouré son cou, son poignet, sa cheville... On les y enfermait comme dans un filet de volupté. On les tenait captives, comme on aurait aimé sans doute retenir le doux objet de ses feux !

Et...
Et si d'autres  ouvraient le tiroir aux secrets ?
... dénouaient le ruban et, gourmands de nos indécences, lisaient nos Epistoles ?

Posté par Eronaute à 08:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 6 octobre 2009

Et vous n'avez pas honte ?

Vous avez raison ma Chère !

C'est parfaitement honteux... Et me le dire, en plus ! Pour ajouter à votre confusion, je vous précise tout de même que je m'en doute... Vous ne le savez pas que je m'en doute ? Et pourtant, si...

Tandis que nous parlons comme ça, comme si de rien n'était, je vous vois bien, vous et votre main, faire des manigances et détourner la conversation au profit de votre chatte qui réclame parce qu'elle n'a jamais assez de tout ce qu'on lui donne ! Je vous vois bien, dans l'intimité de votre salon... Vous vous croyez à l'abri des regards alors vous prenez vos aises, un peu renversée sur votre siège, vous écartez vos jambes, vous remontez votre jupe l'air de rien, ou vous ouvrez votre pantalon, vous éprouvez du bout des doigts la rotondité pulpeuse de vos lèvres et la tendre dépression de votre fente sous votre culotte et vous aimez sentir comme tout cela peut-être à la fois gourmand et désirable... Et pour peu que dure notre conversation, je le sais bien, vos dessous vont glisser aussi, et vous allez vous retrouver dans une posture parfaitement obscène, jouissant à la fois de ma voix, de vos doigts et de l'incongruité de la situation.

Non mais... Vous vous êtes vue ? Cuisses ouvertes, sexe assoiffé... Défaite, dépenaillée, le rose aux joues ? Et si nous raccrochons trop tôt ? Je ne vous donne pas 2 minutes : je sais bien que l'instant qui suit vous vous défaites de toute pudeur et c'est à moitié nue que vous allez poursuivre et vous abandonner à votre plaisir...

Honteux disions-nous ? Oui. Et même impudique, indécent, obscène... et tellement savoureux n'est-ce pas ! Et si vous saviez comme c'est bon de le savoir sans rien vous dire, de vous laisser faire comme si je ne me doutais de rien, de poursuivre une conversation très convenable tout en guettant les moindres variations de votre souffle...

Ah mais, c'est que vous finiriez par me...

Bon... Je vous appelle quand ?

Posté par Eronaute à 19:18 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,